Imaginez que vous trouvez un livre sur le coin d’une table, abandonné, vous le prenez et vous commencez à griffonner dedans en vous adressant à son propriétaire et en annotant le texte de critiques et questionnements. Ce livre s’appelle « Le bateau de Thésée » et son auteur très controversé est V.M. Straka.

Imaginez ensuite que vous reposez le livre là où vous l’aviez trouvé, que son propriétaire le récupère, et qu’il réponde à vos remarques sur le livre. Ainsi commence une correspondance entre deux étudiants qui ne se sont jamais vus, et qui petit à petit apprennent à se connaître à travers ces pages.

« S » est donc le titre de l’ensemble du fameux livre de Straka ET des annotations des deux personnages inventés par J.J. Abrams (célèbre scénariste d’Hollywood) et Doug Dorst (écrivain). Entre certaines pages ont été glissés de petits mots volants ou bien des cartes postales que s’envoient les deux étudiants, et c’est un très plaisant bonus pour que le lecteur (vous !) vive pleinement ces échanges et ait l’impression d’en faire partie.

Concernant le mode d’emploi et la manière de lire ce livre, vous trouverez le récit du support « Le bateau de Thésée » édité comme un livre de bibliothèque, qui conte l’histoire de S, un homme amnésique à la recherche de son identité, et évoluant dans un monde assez cauchemardesque dans lequel il est traqué.

Il vous faudra lire ce récit pour comprendre la plupart des annotations, qui avancent des théories sur la vie de l’auteur Straka, dont on ne connaît pas l’identité réelle. Etait-il, comme les rumeurs le laissaient entendre, un espion ? Un terroriste ? Qui était-il vraiment ? Les deux étudiants cherchent un code à travers les pages du livre, et proposent des interprétations. La question de la traduction est aussi abordée, à travers les notes de bas de page de la traductrice, étonnantes de subjectivité et parfois délibérément sans grand intérêt.

De multiples discours sont donc abordés : celui de l’auteur Straka, sa traductrice, les deux étudiants en littérature, et indéniablement mais invisible, celui des deux auteurs de ce concept qu’est « S ».

On peut se prendre à rêver de vivre un jour un tel échange via un livre, et en même temps se questionner sur la réelle mise en œuvre que cela induirait : échanger sur des bases régulières un livre qui ne soit pas intercepté par un curieux, bases si régulières d’ailleurs qu’elles permettraient de noter dix répliques sur une même page sans perdre le fil ? Mais justement, et si le curieux, c’était le lecteur? Le livre est présenté de telle manière que l’on pourrait penser avoir l’unique exemplaire de cette correspondance entre les mains, ayant même l’étiquette d’emprunt de la bibliothèque ! On ne peut qu’apprécier suivre les confidences et analyses des correspondants, mais un peu comme un voyeur, il faut l’avouer.

Quoi qu’il en soit, il est bien difficile de comprendre ce concept sans l’ouvrir et commencer à le lire. Vous vous oublierez très vite et tomberez dans le piège d’une lecture addictive. Reviendrez-vous dans votre réalité ? Faites vos choix…

Publicités