Vous êtes-vous déjà posé des questions sur votre identité réelle ? Sur ce que vous êtes à l’intérieur et pas ce que l’on attend de vous ? Alors imaginez ce que peut ressentir une ado américaine dont les parents sont immigrants chinois, dans les années 60 à l’heure des grands mouvements civiques, et qui change de religion sans prévenir personne!

Oui, en effet, ce n’est pas évident de prendre tout ça en compte. L’identité est une question bien complexe quand deux cultures se télescopent. Faut-il continuer à être chinois, quand c’est ce que veulent les parents ? Ou bien faut-il s’immerger dans la culture du pays d’accueil, parce qu’on l’a toujours connue ? Nombreux sont les enfants d’immigrants qui se cherchent et essaient de trouver un juste milieu.

Mona fait partie de ces jeunes gens tiraillés entre la tradition et l’envie de faire ses propres expériences, ce qui mène bien souvent à des incompréhensions générationnelles et culturelles. L’adolescence en elle-même n’est pas facile à vivre, et on pourrait croire que notre protagoniste est très malheureuse d’être dans cet entre-deux. Mais elle avance petit à petit, décide de devenir juive pour des raisons diverses, et fait ses expériences avec les garçons. Sa rencontre avec Sherman va d’ailleurs lui inspirer de nouveaux questionnements : pourrait-elle le suivre au Japon dans son pays d’origine et devenir japonaise ?

Plus tard, elle se trouve confrontée à la question de la couleur de peau. Alfred, dans sa quête de reconnaissance liée à sa couleur de peau en tant qu’afro-américain, la met dans le même sac que tous ces blancs qui ont profité des noirs pendant des siècles. Mais est-elle blanche ? Qu’est-ce qui fait qu’il la considère comme une WASP et non comme une autre minorité en Amérique ?

Malheureusement pour bon nombre d’entre vous, il n’existe pas de traduction en français pour le moment. Ne serait-ce pas le bon moment pour lire en VO ? Munissez-vous cependant de votre dictionnaire anglais-français, ainsi que d’un lexique lié à la religion juive, car quiconque n’y connaît pas grand chose sur le vocabulaire juif aura du mal, comme moi, à comprendre toutes les allusions.

Cependant, le lecteur peut choisir de se concentrer uniquement sur la vie de lycéenne de Mona, et profiter de l’humour présent dans le regard décalé du narrateur sur les petites habitudes et oppositions de chacun. Sous ses abords frais et légers, on aura donc compris que ce roman est multi-couche, multi-culturel, bien à l’image des fondements de la culture américaine. A lire impérativement si vous souhaitez devenir américain !

Publicités