Je n’ai pas pu résister à l’appel du livre de J.K.Rowling, “Une place à prendre”! Jusqu’à maintenant, je connaissais – et adorais! – le monde fantaisiste de Harry Potter, ainsi que les contes de Beedle le Barde, et j’étais vraiment curieuse quant à ce nouveau roman “pour les adultes”, comme les médias ont su nous le répéter. J’ai donc parcouru les premières pages en me répétant “Il ne faut pas comparer à Harry Potter, il ne faut pas comparer à Harry Potter…!”

Et au bout de quelques chapitres, j’en ai oublié qui avait écrit ces pages, et qui était le fameux sorcier! Pari réussi donc pour J.K.Rowling, qui réussit parfaitement à créer un nouveau monde, bien ancré dans la réalité celui-là, et à trouver un style d’écriture très fluide, drôle et agréable. J’avais un peu peur de tomber sur un roman à l’eau de rose, comme le titre aurait pu le suggérer, mais nous en sommes bien loin!

L’histoire se passe dans une petite bourgade anglaise, Pagford, et se penche sur les petites querelles de ses habitants. La ville voisine, Yarvil, empiète de plus en plus sur le territoire de Pagford, ce qui a pour effet d’inquiéter quelques personnalités locales : le calme peut-il rester dans cette bonne vieille bourgade, alors que la cité et tous ses chômeurs sont à ses portes?

C’est la question abordée depuis des années déjà au Conseil Paroissial de Pagford. Jusque là, les forces étaient équilibrées entre pro- et anti-cité. Mais la mort inopinée de Barry Fairbrother, siégeant au conseil, peut changer la donne… Qui pourrait bien le remplacer, et ainsi déséquilibrer ou maintenir la balance?

J.K.Rowling nous plonge de manière très adroite dans les vies d’une bonne dizaine de personnages, tous liés de près ou de loin à la disparition de Barry Fairbrother, et au siège à pourvoir au conseil paroissial. Entre amitiés sincères et ententes cordiales, petites guéguerres familiales et grosses rancunes entre vrais Pagfordiens et “étrangers” au village, le lecteur est promené dans la tête des gens aussi bien que dans les lieux incontournables à la compréhension en profondeur de l’intrigue, ce qui lui permet de mesurer entièrement les rouages de cette micro-société.

Bien sûr, on se rend vite compte que certains personnages sont assez caricaturaux, tant physiquement que psychologiquement ; ce sont eux qui donnent du souffle à l’intrigue, et une énorme dose d’humour anglais, noir à souhait! D’autres personnages sont, quant à eux, étonnamment vrais, proches de notre réalité, et à leur grande désespoir, d’ailleurs! Mais cette diversité de caractères, d’agissements et de sentiments au sein d’une même histoire, est d’une richesse que j’ai rarement trouvé ailleurs. On se surprend à avoir l’impression de faire partie de ce monde, on en vient à connaître chaque personnage comme s’il avait toujours existé, comme si on vivait dans ce village depuis notre naissance.

J’ai adoré ce que J.K.Rowling nous propose dans ce roman, et ce malgré la coupure nette avec ses écrits précédents. Sa plume est toujours aussi facile à lire, légère, drôle, et je ne peux que conseiller à chacun de lire ce roman qui, je l’espère, sera suivi de nombreux autres tous aussi réussis.

Publicités