La Fayetteest certainement un nom qui ne vous est pas inconnu… oui, il s’est battu pour la France, pour l’égalité des hommes, et oui, il a aussi œuvré pour les Américains au début de leur histoire. Dois-je vous en dire plus? D’accord!

Le Marquis Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, dit Gilbert de La Fayette (oui, rien que ça) est en 1757 dans un petit village d’Auvergne, il a passé son enfance jusqu’à l’âge de 11 ans. Il part à Paris pour faire des études, et à l’âge de 13 ans, ses deux parents étant décédés, il hérite des millions de son avare de père. On pourrait croire qu’il aurait eu envie de jouir de cet argent de bien des manières, mais il n’en a pas été le cas. Le jeune homme est resté aussi humble que lorsqu’il était enfant, poli, solitaire, rêveur, généreux…

A 16 ans, on le marie à celle qui sera un soutien indéfectible, Adrienne d’Ayen, 14 ans et demi. Il entre parallèlement dans l’armée, et à 18 ans il est déjà capitaine. Il commence à rêver de l’Amérique et de cette guerre contre les anglais qui la secoue, afin de donner au peuple américain la liberté. Ainsi il étudie tout ce qu‘il est possible de savoir sur ce pays qui l’attire tant, et une rencontre avec Silas Deane plus tard, le voilà nommé général d’une armée qu’il n’a jamais vu, dans un pays inconnu. Cependant, le roi Louis XVI désapprouvant le départ de La Fayette pour l’Amérique, tente de le faire arrêter, mais il parvient à se procurer un bateau avec ses propres deniers, et part accompagné de quelques camarades partageant les mêmes idéaux.

L’année 1777 le voit débarquer sur le sol américain, il rencontre George Washington, alors en charge de l’armée des Insurgents, et en qui il va retrouver l’image d’un père. A 20 ans, il mène ses premiers combats en Amérique, et essuie une défaite près de Philadelphie – La Fayette est blessé par une balle ds la jambe, ce qui ne l’empêche pas pour autant de diriger ses hommes! Il est aussi l’instigateur d’accords passés avec les indiens Iroquois, afin de créer une alliance contre les anglais. La victoire de la guerre d’Indépendance arrivera en octobre 1781, suite à quoi Gilbert de La Fayette gagnera la nationalité américaine pour services rendus.

Il rentre en France en 1782, alors âgé de 25 ans, extrêmement populaire car faisant figure de héro. Il passe un peu de temps à la cour, voyage ici ou là, tente même une nouvelle expérience en Guyane où il crée une ferme qui permettrait aux travailleurs noirs de devenir autonomes afin de sortir de leur état d’esclavage. Malheureusement ses idéaux ne paraissent pas encore applicables et l’affaire périclite.

De retour en France, il entre dans la politique et il se bat pour réduire les impôts des pauvres et taxer le luxe. En 1789, il demande une assemblée nationale qui permettrait une abolition des privilèges, et il obtient finalement les États Généraux qui ont lieu le 5 mai. L’agitation ne cesse de croître, et éclate le 14 juillet 1789 avec la prise bien connue de la Bastille. Peu de temps après, La Fayette est élu chef de la Garde Nationale, ancêtre de la Gendarmerie. Il est aussi l’auteur de la Déclaration des Droits Européens de l’Homme et du Citoyen, proposée le 11 juillet 1789, puis modifiée et adoptée le 26 août comme Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, avec l’aide de Thomas Jefferson pour sa rédaction.

Son idéal politique serait de trouver un compromis menant à une monarchie constitutionnelle, qui partagerait le pouvoir entre le roi et une constitution établie par une assemblée. Cependant, on considère qu’il n’est pas assez affirmé dans ses choix : on lui reproche de protéger le roi et de vouloir maintenir son autorité, et de ne pas vouloir du droit du peuple, ce qui balaie dans l’opinion tout ce pour quoi il s’est battu depuis des années! Louis XVI lui-même paraît se méfier du marquis, le soupçonnant de comploter contre lui.

Avec la montée de violence pendant la Terreur, La Fayette est poussé à démissionner de son poste et part au calme en Province puis sur le champ de bataille lors de la guerre contre l’Autriche. Il finira par y être arrêté et détenu en captivité pendant de nombreux mois. En France, la Terreur règne toujours, et nombreuses sont les têtes coupées par la guillotine.

En 1797 La Fayette est libéré, après que le général Bonaparte a gagné une bataille contre l’Autriche, mais on lui interdit de rentrer en France. Sa famille et lui s’installent près de Hambourg puis reviennent illégalement en France. En 1802, le Consulat à vie est déclaré, et Napoléon tente de mettre La Fayette de son côté, conscient de sa popularité renaissante, mais le marquis repousse toutes les faveurs qu’on lui propose. Il se place en tant qu’opposant à Napoléon de toutes les manières qui soient, complotant dans des sociétés secrètes ou discourant à l’Assemblée.

En 1824, à 67 ans, il est battu aux élections, et décide alors de retourner en Amérique et renouer avec son pays d’adoption. Il est accueilli avec les honneurs militaires, et ressent une forte émotions en revoyant les champs de bataille sur lesquelles il a tant donné. Il entame un voyage qui durera un an sur le sol américain, puis rentre en France alors que le roi Charles X est au pouvoir.

En 1830, Gilbert de La Fayette est renommé chef de la garde nationale pendant l’insurrection qui suit, il devient le personnage le plus influent de France, et pourrait proclamer ensuite la République, mais il n’est plus sûr que ce soit la meilleure solution. Louis Philippe accepte une monarchie constitutionnelle et monte ainsi sur le trône, après avoir eu en public l’approbation du marquis… mais il poussera plus tard ce dernier à démissionner de la garde nationale.

Dès 1832 La Fayette a perdu ses illusions, et on le verra à des banquets républicains. Il tombe malade peu de temps après, et meurt en mai 1834. On lui offre des obsèques nationales, et on verse sur son cercueil un peu de cette terre américaine qu’il avait ramenée avec lui au cours d’un de ses voyages.

La vie du marquis de La Fayette a été passionnante, tant par ses idéaux que son envie de les appliquer dans la société. Mais je pense que ce qui fait de cette biographie un livre à avoir dans sa bibliothèque, c’est aussi toute la description de la société entre les années 1780 et 1820 : que d’événements! Que de changements, de régimes politiques! On se plonge dans la vie fastueuse et coquine de Versailles avant la révolution, dans le climat plus que tendu des années de la Terreur, mais aussi dans l’incertitude de ce qu’il faut pour la France, balancée entre Républiques et Restaurations de la monarchie… De plus, chaque page met en avant des personnages d’exception, qu’ils soient connus ou non, et dépeint ainsi la diversité des points de vue dans un pays en difficulté.

Le personnage de La Fayette permet de mieux se pencher sur les débuts des États-Unis ainsi que l’histoire de France, et sert presque d’excuse pour aborder cette époque étonnante. Vous n’en comprendrez que mieux les fondements de la France d’aujourd’hui. 🙂

Publicités