Dans le cadre de mes recherches pour donner un cours sur la mythique Calamity Jane à mes lycéens, j’ai découvert qu’elle avait publié une autobiographie, et qu’il était d’ailleurs disponible gratuitement en e-book ! Hop, le voilà téléchargé et lu en une quinzaine de minutes. Oui, Calamity Jane n’est pas aussi bavarde à l’écrit que sa réputation de conteuse veut bien le faire croire.

A première vue, son récit est plutôt factuel : Martha Jane Cannary, de son vrai nom, donne beaucoup de repères chronologiques et géographiques pour expliquer ses allées et venues sur le territoire ouest américain. Dès son adolescence, sa famille décide de migrer vers l’ouest, mais Jane ne nous en donne pas les raisons. Elle passe rapidement sur la mort de ses parents, ne mentionne pas ce que deviennent ses frères et sœurs par la suite, et nous assomme de dates et de lieux comme pour nous montrer le courage qu’il a fallu de traverser autant de zones sauvages au risque d’être capturée ou pire, tuée, par les indiens ! Son courage et sa force sont impressionnants, trop même pour qu’on puisse croire en une biographie objective… L’histoire cependant a prouvé son courage aux côtés de l’armée de Custer, combattant les indiens, ou lors de ses épopées à l’époque du Pony Express.

De ses passages à Deadwood à ses arrêts à la civilisation des côtes est et ouest, Jane a eu bien du mal à s’installer de manière sédentaire. On ne sait pas ce qui la motive à changer d’horizon autant, mais le lecteur d’aujourd’hui sait ses problèmes avec l’alcool ou ses difficultés financières. Tout l’enjeu de ce récit pour le lecteur, par conséquent, est de combler ce qui est laissé sous silence par notre héroïne pour déconstruire ce mythe qu’elle fabrique elle-même de toutes pièces ! Elle est bien sûr une figure incontournable de l’ouest américain, mais jusqu’à quel point la réalité a-t-elle été enjolivée par les écrits qui nous sont restés ? Et puis… Comment Calamity Jane, au vu de sa vie mouvementée et nomade, a-t-elle pu apprendre à lire et écrire suffisamment pour nous raconter sa vie ainsi ? De nombreux historiens se sont posé la question de l’authenticité de ce texte, de même que celle des lettres qu’elle a écrit à sa fille, publiées elles aussi.

Calamity Jane reste bien mystérieuse encore aujourd’hui… alors je vous laisse, je retourne dans mes recherches pour un peu plus de crédibilité auprès de mes élèves ! 😉

Bonus pour vous, mes lecteurs attentifs jusqu’à la dernière ligne !

Voilà comment la série Deadwood a choisi de présenter notre chère Calamity Jane… pas besoin de sous-titres ?

Bien loin de tout ça, terminons sur une jolie note féminine avec ce choix d’interprétation dans le film Calamity Jane de 1953 !

Et pour finir… Calamity Jane aux côtés de Lucky Luke?

Publicités