C’est une impression de féminisme qui teinte ce roman mal connu de Balzac, ce qui a pu surprendre en ce début de XIXème siècle. A travers l’histoire des amours malheureuses de Julie, l’auteur tourangeau nous propose une étude approfondie de la femme et de son mode de fonctionnement, ainsi que son rôle au sein de la société, et sort des sentiers battus qui représentaient jusque là la femme soumise en toutes circonstances.

Au début du récit, la jeune protagoniste paraît pourtant bien légère. Elle souhaite être remarquée par ce beau soldat qu’est le marquis d’Aiglemont, et rêve comme chaque jeune fille d’être épousée par un bon parti. Cependant son père la prévient de ne pas tomber dans ce piège, car ce qui fait rêver au premier abord peut s’avérer être décevant ! Elle choisit pourtant de suivre son propre chemin, et une fois mariée, la tristesse et l’ennui lui tiennent quotidiennement compagnie. Quel dommage de ne pas avoir écouté les paroles prophétiques de son père, mort à présent…

Survient un jeune anglais, tombé amoureux d’elle au détour d’un chemin. Sa passion et ses attentions la font fondre, mais, retenue par sa morale et les devoirs imposés par la société, elle ne se laisse pas aller à une vie d’adultère. Le romantisme extrême du jeune amant le pousse à se laisser mourir d’amour, et Julie, par la suite, tombe dans une longue dépression pendant laquelle elle n’a de cesse de se questionner sur le rôle d’une femme soumise par la société à la prostitution légale qu’est le mariage, sans aucune possibilité de se laisser aller à ses sentiments profonds.

Même si ce questionnement vous est familier, vous en apprendrez beaucoup sur le sujet à travers les longues réflexions de Julie ainsi que du narrateur, parfois interrompues par des dialogues poussant à l’introspection aussi bien qu’à l’observation des gens autour de soi. De plus, le découpage en 6 chapitres permet de suivre les six grands axes de la vie de Julie, ce qui aborde autant de manières d’appréhender ces questions de la place de la femme dans la société française, ainsi que l’évolution du mode de pensée dans cette France en plein changement, entre la fin de l’Empire et la Restauration. Ce n’est pas le roman le plus réussi de Balzac, mais il saura vous faire réfléchir sur les questions de fidélité, de foi, et de bonheur.

Publicités