Si vous êtes à un carrefour de votre vie, si vous hésitez entre faire un choix drastique ou maintenir une routine qui ne vous satisfait plus, alors ce livre est pour vous… Comme toujours, Paulo Coelho sait faire réfléchir son lecteur, lui apporter des réponses et parfois du réconfort.

Il a choisi de placer ses personnages dans un petit village près de la frontière espagnole, Bescos, abritant quelques 250 habitants heureux de leur vie, sans soucis particuliers. Un parfait petit village à l’écart de la vie bruyante et frustrante de la ville donc!

Mais – bien sûr il y a un “mais”- un beau jour, Bertha, la doyenne du village, assise sur le perron de sa porte, voit arriver un étranger, et elle sait que le démon l’accompagne… que faire de sa prémonition? Prévenir le village où attendre de voir s’il compte repartir bientôt? Elle choisit finalement de rester observatrice.

Ce n’est pas le cas de la cadette du village, Chantal Prym, qui parvient à croiser son chemin dans la forêt : l’étranger lui propose un drôle de marché. Lui montrant la dizaine de lingots d’or qu’il possède, il lui propose d’aller parler aux villageois et de leur proposer l’impensable : ces lingots seront à eux s’ils vont à l’encontre du plus important commandement de Dieu, “tu ne tueras point”… L’étranger, par une telle expérience, veut trouver une réponse sur la nature du genre humain : les hommes sont-ils réellement bons, et dans ce cas ils ne tueront point? Ou bien sont-ils prêts à tout pour obtenir de quoi assurer leur existence et celles de leur entourage?

Chantal refuse tout d’abord d’infliger ces questionnements au village, mais elle sent son démon personnel faire surface. Elle s’imagine déjà en possession de cet or et partir à la découverte du monde pour y vivre pleinement. Elle se rend compte qu’elle rendrait service aux villageois en leur proposant le choix de l’étranger, ce qui leur permettrait de sortir de leur lâcheté, car ils pourraient agir et ne plus avoir peur de sortir de leur train-train quotidien… Le troisième soir après la rencontre avec l’étranger, elle choisit alors d’avouer le dilemme aux villageois, et sans surprise, la révélation tombe comme un… lingot d’or dans la mare… ^^

La gangrène s’installe rapidement. Quelqu’un serait-il capable d’aller jusqu’au bout? Tuer pour assurer ses vieux jours? Et puis cet étranger, qui est-il? Quelles sont ses motivations pour vouloir aller contre les commandements de Dieu?

Il est rare de n’avoir que deux personnages dont le prénom est dévoilé dans un livre, et c’est précisément le cas ici, car tous les autres sont appelés par leur métier ou statut dans le village. Cela souligne le fait que cette histoire pourrait se passer n’importe où, n’importe quand. Je dois avouer que cela me perturbe un peu, car je n’arrive pas à créer de lien avec les personnages. De plus, la tension qui s’installe au fil des pages me met mal à l’aise, peut-être parce que moi-même je ne saurais comment réagir dans une telle situation, et je dois faire face à mon côté sombre. Du coup, je ne sais pas comment me placer. Le style reste typique à Paulo Coelho et ça, j’aime, mais le thème est vraiment dérangeant, ainsi que les pensées de chacun, révélant le meilleur – ou le pire – de la profondeur des âmes.

Si vous souhaitez mieux comprendre l’âme de votre voisin, mieux comprendre la vôtre aussi, et peut-être faire face à votre démon intérieur, vous parcourrez les 200 pages de ce roman aussi vite que moi… en vous demandant aussi, seriez-vous prêt à commettre un crime pour, disons, un million d’euros?

Publicités