Bienvenue dans la jet-set parisienne avec ce roman de Beigbeder mettant en scène Marc Marronnier, jeune journaliste, lors d’une folle nuit dans la nouvelle boîte de nuit parisienne sobrement intitulée « Les Chiottes » (clin d’œil aux Bains-Douches?). Marc a reçu une invitation pour son inauguration par son ami d’enfance le très en vogue disc-jockey Joss Dumoulin, qu’il n’a pas revu depuis plusieurs années.

Le narrateur se demande d’entrée de jeu pourquoi Marc n’est pas encore mort, alors qu’il a 27 ans et que tout paraît lui réussir (référence au « club des 27 » dont font partie Amy Winehouse ou Kurt Kobain entre autres) ! Cela annonce le ton du récit, rarement posé en description objective : jeux de mots, allitérations, critiques à peine déguisées se succèdent à un rythme effréné.

De plus, le livre est partagé en chapitres renvoyant chacun à une heure de la soirée, ce qui permet de voir l’évolution de l’état d’alcoolémie des personnages ! Le voyage au bout de la nuit, que l’on peut comprendre comme une cassure ou des vacances avec le quotidien de Marc, se finira-t-il dans le coma, comme le titre semble l’évoquer ?

Ce récit se trouve être le deuxième d’une trilogie ayant comme protagoniste Marc Marronnier, mais n’ayant pas lu le premier tome, je n’ai aucunement été gênée par le manque d’informations ou sur le personnage ou des renvois brefs. Ce que je constate par contre, ayant lu il y a quelques années 99 francs et connaissant mieux à présent la personnalité de Frédéric Beigbeder, c’est qu’il y a de nombreux points communs entre lui et les deux protagonistes des romans cités, comme ce côté jeune homme bien installé dans la vingtaine et adepte des expériences chères à la jet-set comme l’alcool, la drogue et le sexe. Un moyen d’extérioriser ses démons ?

Quoi qu’il en soit le ton est très agréable à lire, drôle et bien travaillé avec ses jeux de mots et figures de style, mais les amoureux des phrases longues aux tournures romantiques ne trouveront pas leur bonheur ici. Ce roman est définitivement moderne, tant dans le fond que la forme… mais, pour une fois, un petit bain dans les Chiottes aux côtés de la jet-set ne fera de mal à personne !

Publicités