« Si l’air était libre, si l’eau était libre, la terre aussi devait l’être ». Cette considération résume le début du roman sur l’histoire de Tönle Bintarn, berger dans les montagnes le long de la frontière austro-italienne. En effet, dès son plus jeune âge, cette ligne séparant deux pays n’était que virtuelle. Emmenant ses moutons tantôt du côté de l’Autriche, tantôt du côté italien, Tönle apprend à déjouer les gardes frontaliers et la douane pour faire un peu de contrebande entre les deux pays. Un retour malheureux en Italie le pousse à frapper un douanier et le voilà en fuite au nord pour éviter la prison. Il voyage pendant quelques années entre l’Allemagne, l’Autriche, les Carpates et l’Italie, jusqu’à ce qu’une amnistie lui permette de rejoindre sa femme et ses enfants.

Le calme et l’atemporalité sont mis en avant dans le village de Tönle, jusqu’au jour où la guerre 14-18 est déclarée, synonyme d’une fin du monde ; le front Autriche / Italie est repoussé jusqu’au village, et la population se voit obligée de quitter les lieux face au déluge de feu.

En plus de la notion de limites des territoires, ce récit nous pousse à réfléchir sur l’identité. Cette zone de montagnes frontalières est passée tour à tour entre les mains de l’Italie et de l’Autriche au fil des années et des empereurs, alors comment se définir ? Italien ou autrichien ? Quelle langue parler ? Dans quel camp se placer lors de cette guerre opposant les deux pays ?

L’ « Histoire de Tönle » paraît être un prétexte pour tenter de comprendre l’identité des frontaliers. Sa vie est traitée assez rapidement et suit principalement ses allées et venues, sans description physique ou psychologique. En contraste, la nature autour du village est décrite poétiquement et la constance des montagnes et des passages est soulignée.

Ayant grandi loin de toute frontière, je n’ai pris conscience que tardivement de cette question d’identité, de différences culturelles et d’appartenance géographique à un ou plusieurs pays. Ce récit permet donc un temps de réflexion sur le Soi et le Où, tout en montrant la vie en montagne, bercée par les saisons et le rythme des animaux.

Publicités