Jusqu’à maintenant, je n’ai jamais eu beaucoup l’occasion de me plonger dans des romans policiers; mais quand on me prête un roman en me disant “Vas-y, lis-le, ça va te plaire!”, je ne sais pas dire non… et je ne regrette absolument pas d’avoir découvert le monde de Lauren Laurano, détective privée à New York, dans le roman de Sandra Scoppettone intitulé “Tout ce qui est à toi…”.

Imaginez-vous dans le New York du début des années 90, et ajoutez-y de bons vieux clichés en noir et blanc (très vites démontés, soit dit en passant) liés au monde des détectives privés. Notre personnage principal n’est pas un vieux quinquagénaire à pardessus et grand chapeau masquant son regard, mais une femme d’une quarantaine d’années partageant sa vie avec une thérapeute. Elle est engagée par Ursula pour retrouver le violeur de sa sœur, Lac, qu’elle aurait rencontré sur internet.

Très vite, Lauren est confrontée aux difficultés à mener l’enquête rapidement car l’histoire familiale de Lac se révèle être compliquée. Entre liens du cœur et liens du sang, fausses pistes et révélations étonnantes, Lauren doit mener de front l’enquête sur le viol, puis plus tard de deux meurtres.

Le roman est écrit à la première personne, plaçant le lecteur en focalisation interne à Lauren, pour voir le monde à travers ses filtres de détective, lesbienne et victime d’une agression de nombreuses années plus tôt.

Étonnamment, le ton est plutôt léger et teinté d’humour du début à la fin, ce qui permet de ne pas se laisser trop toucher par les ingrédients incontournables d’un roman policier, à savoir meurtres, viols et /ou violences. L’héroïne se dévoile petit à petit à travers ses défauts, comme sa panique des ordinateurs, devant lesquels elle est paralysée de peur! D’ailleurs, il est aussi troublant que drôle de se replonger à cette époque où Internet n’en était qu’à ses balbutiements, et de découvrir en même temps que notre détective comment allumer un ordi, le connecter via un modem, et participer à des “groupes de discussion” en ligne! On en viendrait presque à paniquer aussi!

L’histoire est bien menée, le suspense est là, et si je peux déplorer quelques difficultés à suivre qui est qui sur le dernier tiers de l’histoire, j’ai aimé cet environnement, et ce monde dans lequel Lauren évolue avec légèreté. Malheureusement, “Tout ce qui est toi…” n’est plus édité aujourd’hui, mais il reste disponible d’occasion sur les sites habituels, ainsi que les quatre romans suivant les mêmes personnages principaux.