Qui n’a jamais craqué devant les vidéos de chats et chatons trop choux qui pullulent sur internet ? Pour les cœurs de pierre, ce manga n’est pas pour vous ! Quoique… Comme la famille de Yohei, vous pourriez finalement fondre devant cette petite boule de poils… même s’il vous est interdit, d’après les règles édictées par l’immeuble où vous habitez, d’avoir un chat chez vous !

Les premiers jours où le petit chat est recueilli chez eux, Yohei doit avoir deux ou trois ans et il apprend à faire pipi sur le pot, « chi » en japonais. A force de le répéter, Yohei attire l’attention du chaton, qui finit par répondre à cette sonorité ! Le voilà donc baptisé Chi !

Chaque tome présente Chi dans des situations du quotidien, et avec ses grands yeux ronds, elle apprend à faire dans sa litière ou à jouer. Elle rencontre aussi un gros chat noir qui lui montre les environs et lui apprend à chasser, sur fond de « mia » et de « niark » gentiment traduits à côté pour que le langage « chat » soit à notre portée !

Les illustrations sont assez simples et montre souvent Chi en gros plan. Son point de vue est aussi symbolisé par des contre-plongées permettant de comprendre l’immensité du monde et ses dangers pour un aussi petit être ! Et même si elle ne le comprend pas, elle doit apprendre à se faire discrète pour ne pas que sa famille d’accueil soit contrainte à déménager, car les animaux sont interdits dans leur immeuble. Combien de temps sera-t-il possible de rester invisible aux yeux du monde extérieur ?

Ce manga, même si ses créateurs sont japonais, ne suit pas la forme habituelle, car on doit le lire à l’européenne, de gauche à droite dans l’ordre des pages et des vignettes. Peut-être pour le rendre plus accessible aux enfants européens ? On retiendra que le public visé peut aller de 7 à 77 ans, car même les plus anciens pourront fondre devant les grands yeux de Chi et toutes ses facéties ! Je suis conquise… et vous ? 😉