Franchement, qui n’a jamais regardé un épisode des Feux de l’Amour ? Même avec la télé allumée en fond pendant un déjeuner qui s’éternise ? Je suis sûre que peu de personnes n’ont jamais entendu parler du grand Victor Newman ! Bon, moi, je l’avoue, je suis fan, et j’ai un peu tendance à regarder le replay quand je loupe un épisode ! Alors quand j’ai vu que l’acteur interprétant Victor a sorti son autobiographie, je n’ai pas pu résister… allez-y, moquez-vous de moi 😉

Quoi qu’il en soit, les points communs entre Victor et Hans Gudegast, devenu tardivement connu dans le métier sous le nom d’Eric Braeden, ne sont pas si nombreux que ça… quoique ? Déjà ce changement de nom est intéressant. Comme Christian Miller est devenu Victor Newman dans la série pour prouver un changement de vie, Hans Gudegast ne pouvait prétendre à une belle carrière, d’après Hollywood, que s’il faisait disparaître ses origines allemandes pour prendre un nom anglophone. En effet, même si Eric Braeden est né en Allemagne pendant la guerre, et qu’il est arrivé aux États-Unis en 1959, il a porté toute sa vie durant le fardeau d’avoir la nationalité allemande, et un père « nazi ». C’est ainsi qu’il a toujours été un fervent défenseur des droits des juifs, investi politiquement à une petite échelle grâce à un franc parler très apprécié par les politiques qu’il a pu croiser, ainsi que des bonnes relations entre l’Allemagne et les États-Unis.

Embrasser une carrière d’acteur n’a jamais effleuré le jeune Hans, qui a grandi dans un petit village du nord de l’Allemagne. Issu d’une famille aisée puis ayant connu la pauvreté quand son père est mort alors qu’il avait 12 ans, il a toujours beaucoup travaillé afin de gagner sa vie, et montrait en parallèle de très belles capacités en athlétisme. A la fin de sa scolarité, il est parti chez une cousine installée en Amérique, et a multiplié les expériences de petits boulots (préparateur de corps chez un légiste ! Cow-boy dans un ranch!!), s’est inscrit à l’université grâce à ses talents footballistiques, et est parti en expédition avec un camarade de fac pour remonter une rivière découverte par Lewis et Clark lors de leur expédition de 1804-1806, et réputée extrêmement difficile ! Ils se sont fait filmer lors de leur exploit et c’est ainsi qu’ils sont arrivés à Los Angeles, à la recherche d’un distributeur pour leur film.

Entre les petits boulots comme serveur et son embauche dans deux équipes de foot de Los Angeles où il a excellé, Hans a commencé à apparaître dans des petits rôles ici et là, et même à obtenir des rôles importants dans la série The Rat Patrol, qui lui a permis d’être reconnu dans la rue, et dans le film Colossus : the Forbin Project (en français Le cerveau d’acier), entre autres… jusqu’au jour en 1980 où il a accepté de tourner dans un soap opera, The Young and the Restless (Les feux de l’amour), sans grande conviction, mais dans le but d’assurer à sa famille des revenus réguliers. Initialement, le contrat était de trois mois, mais son rôle a été si apprécié par le grand public qu’il a signé sur du plus long terme. Avec le temps il a pu faire évoluer son personnage et lui donner de la profondeur, afin de devenir le grand Victor Newman que le monde entier connaît.

Eric Braeden est pleinement conscient de ce qu’il doit à cette série, mais il ne mâche pas ses mots sur certaines personnes avec qui il a été amené à travailler. Il profite de sa notoriété pour « faire des choses qui comptent » et est reconnaissant de tout ce que la vie a pu lui apporter. Sa ténacité, son courage, et son entourage lui ont permis d’avoir tout ce dont un homme peut rêver… un vrai exemple du self-made man et de l’American Dream si cher à l’histoire des États-Unis !

Publicités