Être bercé dès sa plus tendre enfance par des histoires de cow-boy et d’indiens, on a tous connu : entre Lucky Luke et les vieux films sur le Far West, de nombreuses images viennent en tête… et il en est probablement de même pour le célèbre film avec le beau Kevin Costner, Danse avec les Loups !

Sorti deux ans avant le film, soit en 1988, le livre a fait suffisamment sensation pour attirer la curiosité d’Hollywood, et à juste titre ! Le lieutenant John Dunbar, à sa propre demande, est envoyé à la frontière de l’ouest américain afin de protéger son pays de potentielles attaques indiennes. Cependant, à son arrivée au Fort, au milieu d’une plaine immense, il ne trouve personne : le groupe de soldats tenant le Fort avait, peu de temps avant, décidé de revenir à la civilisation, laissant le camp revenir à son état sauvage. Ainsi, le Lieutenant apprend à s’organiser et gérer sa solitude, et explore les environs jusqu’au jour où il se trouve face à des indiens…

Petit à petit les Indiens et le lieutenant commencent à se comprendre par gestes puis à échanger quelques mots dans leurs langues respectives, et le lieutenant perd doucement son grade militaire au profit d’une identité comanche, Danse Avec Les Loups, suite à un jeu qu’il avait eu avec un vieux loup sauvage qu’il avait amadoué sous leurs yeux.

L’échange culturel est très riche entre Oiseau Frappeur et John Danse Avec Les Loups. Les deux hommes en viennent très vite à s’apprécier, et leur envie d’en savoir plus sur l’autre n’a pas de limites, alors même que leurs peuples s’opposent régulièrement le long de la frontière. Quel peut être l’avenir des indiens alors que l’homme blanc avance vers l’ouest sans répit ? John sait, d’après ses cauchemars, que l’homme blanc finira par gagner, mais il apprend à aimer le mode de vie indien, et rencontre une jeune femme dans la tribu qui attire toute son attention, elle est différente…

On a souvent critiqué la lenteur et la longueur du film, et on pourrait en dire autant du roman, mais les amateurs de contemplation et de vie sauvage répondront que l’on a rien si on ne prend pas le temps ! Et en effet, il n’y a peut-être pas beaucoup d’action concrète sur une bonne partie du livre, mais chaque élément de la vie quotidienne dans la nature devient un moment notable, apprécié, mémorable. On se laisse porter par la brise des plaines et on s’émerveille de la présence d’un loup sur la butte en face… et dès lors que l’on a rencontré les indiens, on laisse place à la fascination qu’un peuple aussi riche peut exercer sur l’homme blanc, et l’on comprend sa propre vanité, sa violence et son irrespect.

Un jour, oui, un jour, j’irai vivre avec Danse Avec Les Loups, Oiseau Frappeur, et tous les autres.

Publicités