Que celui qui a lu la série de 8 livres de Dexter et qui n’a pas aimé se dénonce ! Bon, dans mon cas, je n’ai lu que le premier (parce que je n’ai pas – encore – récupéré les autres) et j’ai absolument A-DO-RÉ!! Il y a quelques années, j’avais vu la série (avec Michael C. Hall dans le rôle de Dexter, notamment vu aussi dans Six Feet Under) et j’en étais tombée raide dingue, et même si elle s’est basée sur le roman, elle s’est construite exactement sur le ton du narrateur du livre.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, Dexter, le narrateur, est un expert de la police scientifique de Miami. La journée il travaille à l’analyse de scènes de crime et plus particulièrement sur le sang (éclaboussures, taches, etc.). Sa sœur adoptive, Deborah, est policière dans la brigade des mœurs et ils collaborent régulièrement.

Ce qui fait de Dexter un personnage tout particulier, c’est son activité nocturne : il est un serial killer presque d’utilité publique car il tue ceux qui sont un poison pour la société ! C’est donc un « nettoyeur », veillant à appliquer la technique de Harry, son père adoptif, qui avait senti que le jeune Dexter avait ce « passager sombre » en lui et qui lui avait appris à ne rien laisser derrière lui qui pourrait le faire prendre.

Personne n’est au courant bien sûr, même pas Deb, et Dexter joue au parfait humain dans sa vie quotidienne. Bien qu’incapable d’éprouver des émotions, il fait preuve d’humour avec sa sœur ou ses collègues, d’intuition au travail, et d’une attitude de gentleman avec Rita, sa petite amie, dernière vitrine en date de sa « normalité ». Pourquoi est-il ainsi ? Comment en est-il arrivé à tuer alors même qu’il travaille à la résolution de crimes ? Et comment se fait-il, dans ce premier volume, que le tueur en série recherché par toutes les polices s’intéresse tant à lui, Dexter ?

Le ton est délicieux, on le lit comme on mangerait un bonbon rare. L’ironie est présente à chaque page, et on aime en savoir plus sur Dexter que tous ces policiers qui le croisent sur des scènes de crime. De plus, sa vision de chacun d’eux fait ressortir une multitude des petits travers qui font d’eux de vrais humains. Piquant, drôle, et terriblement sombre lorsque le « passager » refait surface… mieux vaut ne pas croiser son chemin donc, surtout si vous n’êtes pas irréprochable !

Le premier roman correspond dans les grandes lignes à la première saison de Dexter, la série, alors que les autres saisons prennent une direction différente du livre. Dans quelle mesure, je ne le sais pas encore… Mais quoi qu’il en soit… c’est un must à avoir dans sa bibliothèque ou, à défaut, dans sa DVD-thèque !

Publicités