Un polar régional, on n’en ouvre pas souvent, et après celui sur ma ville natale, Niort et la main morte , ma ville d’adoption se devait de se dévoiler à moi ! Je ne suis pas déçue, si on considère que la ville tient le premier plan de l’histoire : chaque quartier de la ville et de sa couronne apparaît à un moment ou un autre, que ce soit le centre-ville, le commissariat de la rue Marceau, le bois de Grandmont, les quais de la Loire, et j’en passe ! Par contre, je n’Y passerai plus avec la même légèreté !

En effet, la ville cache des mœurs bien sombres… un corps, puis deux, ont disparu à la morgue, et l’enquête est menée pour comprendre ce qui s’est passé, et qui est derrière tout ça. Plus tard, ce sont de jeunes femmes correspondant à la même description physique que les corps disparus qui s’envolent sans laisser de trace ! Ainsi la psychose s’empare de la ville et les médias s’en donnent à cœur joie pour étayer toutes les hypothèses tenant (plus ou moins) la route ! Rites sataniques, tueur en série ou nécrophile, il ne fait plus bon vivre au bord de la Loire, et comme le souligne un narrateur ironique à souhait, toutes les brunes se précipitent chez leur coiffeur pour changer leur couleur de cheveux et ne pas faire partie des prochaines victimes !

Le ton est donné, on part sur une histoire un peu tirée par les cheveux, mais aussi racontée avec plus ou moins de distance et d’humour. Tantôt les faits se suffisent, tantôt les personnages sont décris sous une foule de détails noyant un peu le poisson, mais donnant une identité propre au texte. Cependant trop d’informations sont parfois données sur des thèmes liés au sexe ou à la mort et peuvent choquer le lecteur non averti : thanatopraxie (soin des morts effectué à la morgue), nécrophilie ou viols sont régulièrement mis en avant, ainsi que des propos misogynes réguliers. Âmes sensibles s’abstenir donc, car ce roman n’est pas spécialement grand public (je ne le prêterai pas à n’importe qui!). Cependant, comme à la fin de chaque bon polar, le dénouement est vécu comme un soulagement et chaque pièce du puzzle est assemblé. A tenter uniquement si vous avez le cœur bien accroché.

Publicités