Blanche Gardin, c’est le genre de nana qu’on déteste. Du premier coup d’œil. Elle a quarante ans et ressemble toujours à une gamine de 30. En plus elle est jolie, et elle n’a pas oublié d’être intelligente… ET il faut qu’elle nous parle, alors bon, puisque je n’habite pas Paris, autant lire son livre, assez proche de ce qu’elle présente sur scène à son one-woman-show, d’après l’« avertissement au lecteur » introductif.

La couverture propose en tout petit le logo « interdit aux moins de 16 ans »… sans déconner ? Ça existe encore, à l’heure où tous les gamins de 13 ans ont déjà vu au moins 10h de porno gratuit sur internet ? Cette Blanche devient intéressante tout d’un coup !

En effet, il y a du trash dans ces pages. Blanche se donne le droit d’aborder tous les thèmes possibles sur la société moderne, les autres, le sexe et son moi profond, et chacun en prend pour son grade : les bobos, les végétariens, les vieux en maison de retraite, les gens bourrés (ou les sobres)… Elle n’a pas peur de dire qu’on est tous pareils au bout du compte, et que l’on désire tous que les fêtes où l’on n’est pas soient toutes pourries, ou bien que les enfants de nos ex soient handicapés ! Pas de doute qu’il vaut peut-être mieux éviter de plomber les âmes des plus jeunes avec ce genre de pensée, laissons-leur le temps d’être insouciants ! De plus le vocabulaire qu’elle utilise pour parler de sexe est cru, ainsi que lorsque le thème de l’immigration et de l’autre est abordé.

Ainsi, le politiquement incorrect semble être la ligne conductrice de Blanche… mais n’est-ce pas le cas de bon nombre d’humoristes de la dernière génération ? J’ai trouvé certains passages plutôt drôles, mais rien ne m’a semblé être parfaitement nouveau (et je vais sans doute m’attirer les foudres de tous ceux qui ont lu ce livre très écorné avant moi!!). J’imagine cependant que sur scène la comédienne doit donner vie à ses mots avec sa personnalité, son absence de censure, et sans doute des improvisations en fonction des réactions du public… mais même si l’on n’est pas particulièrement convaincu par ce livre, on ne peut lui enlever le fait que bon nombre de ses idées, elle les tient de son vécu, et surtout de son observation extrêmement pointue des gens qui peuvent croiser son chemin.

Après s’être faite connaître via la scène du Jamel Comedy Club, puis la série de Canal+ WorkinGirl, nul doute qu’elle peut continuer son chemin sur la scène en solo… mais j’attends de voir ce qu’elle pourra dire de vraiment nouveau et personnel dans son prochain spectacle.

Publicités