Un souvenir de Noël présente les souvenirs d’un petit garçon de 7 ans à l’approche des fêtes de fin d’année. Il n’a pas de prénom, hormis celui que lui attribue son amie aux cheveux blancs, en souvenir d’un garçon qu’elle a connu quand elle était jeune, et la vieille dame non plus. Ils pourraient tous les deux représenter parfaitement l’idée universelle qu’on se fait de Noël, et les petits-enfants qui le préparent avec leur grand-parents. Cependant ici les protagonistes sont amis, vaguement liés par le sang, mais ils vivent dans la même maison, et le reste de la famille, comme les parents du garçon, est très peu mentionné, maintenu dans un rôle secondaire, sans importance.

Le garçon et la vieille dame ont apparemment pour habitude de faire des cakes aux fruits à l’approche de Noël, et ils s’attellent à la tâche… mais il faut s’organiser car ils n’ont pas beaucoup d’argent pour acheter leur matière première ! La raison est d’ailleurs tenue sous silence, comme la raison pour laquelle la dame vit ici, permettant au lecteur d’émettre des hypothèses et de combler par lui-même le déficit d’information.

Le narrateur est un peu plus vieux à présent, alors son regard sur le passé a subi les filtres du temps, et il ne dévoile que les beaux souvenirs liés à l’époque. Rien ne compte à côté de cette belle relation complémentaire qu’il a avec la vieille dame, et de leur quête pour obtenir l’argent nécessaire. L’ambiance de Noël est rendue à travers les odeurs, les couleurs, la chaleur de l’amitié entre le garçon et la vieille dame, et rend la scène tellement touchante ! Mais la vieille dame vieillit et perd parfois la juste mesure de ce qu’il convient de faire faire à un enfant… sont-ce d’ailleurs les cicatrices du temps qui passe qui rendent ce souvenir si joli ?

téléchargement

Cette nouvelle donne ainsi l’excuse au lecteur de prendre quelques instants pour se souvenir de ses Noëls d’enfant avec grand-père ou grand-mère, et même si parfois un grain de sable venait enrayer le mécanisme chaud et sucré de Noël, rien ne venait gâcher la fête d’être ensemble. C’est donc une belle leçon de mémoire personnelle, afin que chacun se permette d’ouvrir son cœur aux belles images du passé pour vivre mieux encore celles du présent.

Publicités