Sylvain Tesson a l’art et la manière de faire de ses romans des extensions de lui-même : à la fois aventurier et écrivain, il parvient à écrire des textes qui font voyager le lecteur dans des endroits reculés de la planète tout en l’attirant dans un style fluide et poétique à la fois. J’avais déjà lu « Dans les forêts de Sibérie » il y a quelques temps et ce roman m’avait énormément marqué par sa capacité à rendre à la fois les couleurs des paysages autour du Lac Baïkal et ce qui peut se passer dans la tête d’un homme soumis à une longue solitude.

Ces nouvelles sont extraites d’un autre recueil, « Une vie à coucher dehors », publié deux ans avant « Dans les forêts de Sibérie », ce qui peut expliquer cette impression de recherche du style et du lieu, principalement dans la nouvelle « Le lac »… ainsi que du motif de l’éloignement, qu’il soit choisi ou forcé. Ainsi, on y découvre cet homme qui vient de passer 40 ans dans une cabane isolée le long du lac. On ne comprend pas immédiatement pourquoi il a du s’exiler ; le plus important pour lui étant de supporter ces derniers jours de solitude, entouré par une nature magnifique et sauvage, et pourtant non sans danger…

« L’asphalte » nous permet aussi de comprendre la solitude vécue par les habitants d’un petit village isolé dans les montagnes géorgiennes : aucune route goudronnée ne vient jusque là ! Imaginez alors le branle-bas une fois la route finie, car le village rejoint l’aire moderne et découvre un besoin tout nouveau, celui d’aller toujours vite et de se perdre au passage ! Comme quoi la mondialisation n’a pas que des bons côtés…

Une autre nouvelle lourde de sens se dévoile avec « L’île ». Un bateau s’échoue sur une île déserte du Pacifique, et pendant des milliers de jours les survivants doivent s’organiser pour vivre et s’occuper… mais toutes les occupations sont-elles bonnes ? Et d’autant plus quand elles sortent des livres ?

D’autres nouvelles vous permettront dans ce recueil ou « Une vie à coucher dehors » de creuser l’univers si particulier de Sylvain Tesson. Entre rejet de la civilisation et convoitise de ce qu’a l’autre, ces voyages vous pousseront à vous questionner sur votre vision de la vie. Ermite ou hyper sociable ? Attaché aux traditions ou prêt à tout révolutionner pour vous sentir vivre ? A chaque texte son histoire… et autant de réponses à trouver.