Le 5 décembre le monde se souvient de l’anniversaire de la mort de Nelson Mandela, disparu en 2013 et ayant marqué les esprits par son combat contre les inégalités raciales en Afrique du Sud. Même si j’ai des élèves qui croient encore (snif) que Mandela était américain, je ne désespère pas à le faire connaître tous les ans en classe et à trouver différents moyens de montrer que l’Apartheid sud-africain, même s’il n’existe plus depuis une trentaine d’années, n’est pas forcément clos et que les discriminations dans le monde continuent encore.

Mandela, lui, s’est battu toute sa vie contre la toute puissance des colons blancs, principalement hollandais et anglais, qui ont instauré l’apartheid en 1948. Pourtant né à la campagne dans une famille pauvre, il a pu faire des études de droit afin de devenir conseiller du roi de son ethnie. A l’université cependant, certaines rencontres lui ont ouvert les yeux sur la politique blanche du pays et il a par la suite rejoint l’ANC, un parti défendant les droits des noirs et métis. De longues années de résistance et d’action contre le gouvernement blanc l’ont rendu populaire, et d’autant plus détesté par le pouvoir en place, et il a passé quelques séjours en prison pour complot ou sabotage. 27 ans de prison plus tard, en1990, après l’arrivée de Frederik de Klerk au pouvoir et des violences sans fin entre noirs et blancs, l’issue de secours semble être la libération de Mandela pour soulager les rancœurs. Malgré des tensions entre les deux hommes, la défense du bien commun leur a permis d’obtenir le Prix Nobel de la Paix en 1993, et un an plus tard Mandela était élu à la tête du pays.

Les années qui ont suivi n’ont pas été simples, car le pays avait souffert longuement d’embargo et de violences, mais la persévérance de Nelson Mandela ont permis de rétablir un pays quelque peu réconcilié, aidé entre autres par Desmond Tutu et Thabo Mbeki.

IMG_20181202_112414_resized_20181202_115017322

Ce livre, ayant pour vocation de cultiver la jeunesse, n’est pas si facilement accessible, car malgré la présence d’une bande dessinée introduisant chaque chapitre et happant peut-être l’attention des plus jeunes, le corps de texte est très factuel et politique. Malgré mes connaissances du sujet et ma patience, je l’ai trouvé un peu long pour des enfants et sautant parfois des étapes… mais quelques encadrés mettent en avant des personnalités politiques du pays, et Johnny Clegg a même droit à sa double page sur la chanson qu’il a écrite pour soutenir Mandela dans les années 80, ce qui rompt la monotonie du texte de base. Difficile de le confier à un enfant avant le collège, et encore il faudra probablement l’accompagner pour tout comprendre de l’histoire sud-africaine moderne… ce qui vous donne une vraie excuse pour vous replonger dans la vie de ce grand homme qu’a été Mandela.

IMG_20181202_112400_resized_20181202_115016552

Publicités