Un feel-good book ça n’a jamais fait de mal à personne à ce qu’il paraît, alors c’est parti pour le troisième roman de Jonas Jonasson – même si je n’ai pas encore lu le deuxième (mais le premier oui, il est ici!) ! La Suède, pays d’origine de l’auteur, est encore à l’honneur comme toile de fond pour cette histoire abracadabrantesque : Dédé le Meurtrier sort enfin de prison et trouve à s’installer dans un petit hôtel minable de Stockholm essayant de faire oublier son passé de bordel. Le réceptionniste, au nom surprenant de Per Persson, n’ose pas lui demander de régler son séjour à l’avance, mais avec l’aide d’une femme tout juste ex-pasteur qu’il vient de rencontrer dans un parc, les affaires vont vite se lancer : Dédé le Meurtrier va devenir une mine d’or pour ses deux nouveaux agents !

Dédé devient tout d’abord une star dans le milieu de la pègre suédoise, payé pour aller casser des bras et des jambes, puis chez les gens en manque de croyance car il va, un jour, découvrir Dieu et se mettre à son service pour devenir prédicateur ! Ainsi il gagnerait sa place au paradis… Dur de rester pur et sage quand on est un vieil alcoolique et qu’une horde de bandits court après soi… Les affaires resteront-elles florissantes longtemps ?

Malgré une impression de longueurs pour certains au vu du manque d’action principale, le rythme reste assez soutenu dans le découpage des chapitres – 2 à 3 pages la plupart du temps – et on se dit toujours qu’on peut bien se faire un chapitre de plus, et encore un, avant d’éteindre la lumière et retrouver Morphée ! De plus, le sens de l’humour du narrateur est un réel délice car son ironie s’attaque à tout : religion, petites manies, choix discutables de ses personnages, et même le nom de l’auteur, légèrement redondant! Alors difficile de résister à l’appel de cette presque cavale de Dédé et ses acolytes Per et Johanna, pour qui tout semble réussir… ou pas… Un must à lire au chaud au coin du feu aussi bien que sur la plage cet été !

Publicités