Oooooh la pépiiiiiiite ! En errant dans les rayons d’Emmaüs je tombe sur une jaquette à la vision surprenante de Paris en 2070… pas de doute, de la science-fiction à la française, proposée par Cédric Klapisch en plus ! Au casting de grands noms comme Jean-Paul Belmondo et Romain Duris dans les rôles principaux, ainsi que Vincent Elbaz, Julie Depardieu, Emmanuelle Devos…

On joue sur les stéréotypes de la science-fiction dès les premières images, embarqué dans un vaisseau spatial un peu « cheap » côté effets spéciaux, tout comme le jeu délibéré des acteurs (dont Lorant Deutsch). N’ayons pas peur, c’est juste un programme télé regardé par le jeune Arthur (Romain Duris) avant de sortir à une fête donnée chez des amis pour le réveillon de l’an 2000 ! Soirée costumée oblige, il faut s’habiller en tenue futuriste…

Pendant la soirée très arrosée, Lucie demande à Arthur de lui faire un enfant, mais au dernier moment il se rétracte, pas encore près à sauter le pas. Alors qu’il soulage une envie pressante aux toilettes, une trappe au-dessus de sa tête s’effondre, rendant visible un trou béant plein de sable qu’il part explorer… mais il arrive dans le Paris de 2070 ! Les rues sont ensablées sur plusieurs mètres de haut, la ville est perdue au milieu d’un désert – le réchauffement climatique est passé par là? – mais les gens semblent vivre normalement… et un vieil homme (Belmondo) aborde Arthur, il le connaît déjà et lui montre même des albums photos ayant été prises lors de la soirée ! Il se présente comme étant son fils ! Le problème, c’est qu’il commence à disparaître – à devenir transparent – alors Arthur doit absolument rentrer chez lui faire un enfant à sa compagne, sinon toute sa tribu ne verra jamais le jour !

Cette histoire est peut-être cousue de fil blanc, mais l’effort du réalisateur pour sortir des sentiers battus en 1999 est appréciable, et le casting est génial, même 20 ans plus tard : Belmondo est en pleine forme, Duris est très craquant en petit minet effrayé de la vie adulte, et les enfants et petits-enfants de Belmondo (le fils de Duris, que Belmondo appelle « papa »!) sont tellement nombreux qu’on s’y perd un peu, mais chaque personnage est attachant et trouve sa place. Sans oublier les décors surprenants, sans doute reconstruits dans les dunes du Sahara, laissant voir quelques toits de Paris au milieu desquels déambulent des chameaux ! Une très belle découverte à voir pour s’aérer la tête et profiter d’un casting bien connu aujourd’hui !