Jusque là je connaissais Catherine Deneuve en icône à la française, classe, bourgeoise (un peu!) et indémodable… mais elle se montre ici avec des cheveux gris et une mémoire aléatoire. Elle, Claire Darling, doit avoir environ 70 ans, mais un beau matin elle se lève et décide de vendre tout ce qu’elle possède dans sa grande demeure bourgeoise, persuadée d’avoir eu un message de Dieu dans la nuit lui annonçant qu’elle allait mourir avant la fin de la journée. Elle vide donc les objets qu’elle a accumulés tout au long de sa vie avec l’aide de quelques jeunes du village (les amoureux des brocantes vont adorer toutes ces belles choses!) et fait un vide-grenier dans son jardin en ce 21 juin.

Il fait beau, les feuilles des arbres bruissent doucement pendant que des amateurs de vieux objets se pressent devant la maison… Claire Darling chapeaute plus ou moins tout cela, mais ses souvenirs viennent la hanter et dévoilent quelques scènes clés de sa vie auprès de son mari et ses deux enfants, Martin et Marie. Un traumatisme est palpable mais peine à se dévoiler. Quant à savoir si elle va bien mourir avant la fin de la journée, il faudra voir le film jusqu’à cette dernière scène assez impressionnante !

Le rythme est relativement lent, à l’image de cette « dernière » journée de Claire qui est la plus longue de l’année en ce passage à l’été, mais aussi parce qu’elle est dans l’attente de cet événement. Le temps est même en quelque sorte distendu grâce aux transitions poétiques et esthétiques dans lesquelles les souvenirs se mêlent à la réalité : les personnages se croisent eux-mêmes et invitent à la rêverie, donnant une vision générale de ce qui a pu mener Claire à ce moment précis et à cette scène attendrissante dans laquelle elle fait de l’auto-tamponneuse.

Claire n’est pas la seule à souffrir. Sa fille Marie, interprétée par la vraie fille de Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, a bien du mal à revenir dans cette maison après une absence de quelques années. La colère et le ressentiment entre elles montrent bien qu’au-delà des belles apparences et des beaux objets un secret de famille les empêche d’avancer. Pourront-elles se débarrasser de ce poids ?

Les amateurs d’un cinéma lent et pudique se délecteront de ce film dans lequel Catherine Deneuve se dévoile autrement, acceptant d’incarner son âge et la maladie, mais la scène finale viendra réveiller ceux qui attendaient un peu d’action – comme moi, je l’avoue ! Mais alors, Claire Darling va-t-elle mourir comme elle l’avait prédit ?

Publicités