Étonnante coïncidence de lire deux livres totalement différents par leur genre mentionnant Buffalo Bill et son Wild West Show… et pourtant, sa tournée en France a correspondu avec l’Exposition Universelle qui se tenait à Paris au début de l’été 1889 ! Ainsi, alors que son convoi débarque à la capitale, un chiffonnier parisien tombe au sol et meurt après avoir été piqué par une abeille.

Quelques jours plus tard, alors que la bourgeoisie parisienne souhaite laisser son nom dans le Livre d’Or accessible au deuxième palier de la Tour Eiffel construite pour l’occasion de l’Exposition, une jeune femme se fait elle aussi piquer dans le cou et meurt quelques instants plus tard. Il n’en faut pas plus pour que le journal Le Passe-Partout en fasse une édition spéciale, l’équipe ayant été présente sur les lieux !

Victor Legris, ce jour-là, était invité à rejoindre le créateur du journal et s’est vu offrir un travail de chroniqueur littéraire, en plus de la librairie qu’il tient déjà avec son ami japonais Kenji. Il avait croisé la jeune femme quelques instants plus tôt et a donc vécu la scène presque de l’intérieur, les chroniqueurs – dont la belle Tasha – mis à la tâche à peine après lui avoir été présentés.

Un meurtre sur la Tour Eiffel suivi par quelques autres rappelant toujours ces abeilles tueuses ont attisé sa curiosité, et voilà Victor pris dans un tourbillon de secrets et mensonges en tous genres. Il se met à soupçonner ses amis et même Tasha, bizarrement présente sur les lieux des crimes… Pourrait-elle réellement être liée aux meurtres ? – car il s’agirait bien d’homicides !

Sur fond de presque fin de siècle à Paris, Victor mène l’enquête et ne se laisse pas éblouir, contrairement aux lecteurs, par la présence en filigrane de certains écrivains et peintres impressionnistes bien connus aujourd’hui mais encore confidentiels à l’époque. Les déplacements dans le centre de Paris sont ponctués par le bruit des fiacres et on imagine aisément les tenues de l’époque des gens croisés dans la rue. L’ancienne librairie tenue par les deux amis donne en contrepoids une ambiance tamisée dans laquelle on aurait envie de se blottir jusqu’à la fin de ses jours pour creuser sur les informations glanées au fil des stands de l’Exposition Universelle !

Malgré une lecture un peu en pointillés avec mon emploi du temps chargé et donc des suites logiques quoi ont pu me passer à côté, l’ambiance est très agréable et reflète un Paris plutôt calme que j’aurais aimé connaître, loin des bruits mécaniques et des téléphones portables accélérant le rythme d’une vie : une vraie lecture détente !