La curiosité l’emporte quand je tombe sur un roman écrit par Pedro Almodovar, sera-t-il fidèle à ses films ou propose-t-il un contre-pied inattendu ? Le personnage principal est une femme, Patty Diphusa, actrice porno à l’ego démesuré connue dans le monde entier. La femme « qui ne dort jamais » se présente dans différentes scènes dans lesquelles elle rencontre forcément des hommes avec qui elle flirte ou finit par coucher. La première scène détonne un peu car elle se fait violer par deux hommes, mais elle ne s’en fait pas et reprend sa vie sexuelle comme si de rien n’était sur le chemin du retour. Difficile d’adhérer avec un tel personnage au premier abord, mais sa psychologie en fait quelqu’un d’attachant au bout du compte. Pourquoi n’arrête-t-elle jamais de bouger, de chercher l’autre ? Qu’essaie-t-elle de fuir au point de s’oublier elle-même ?

Ces textes d’environ 80 pages, publiés dans des revus dans les années 80, montrent un Pablo Almodovar en recherche de quelque chose, ayant créé un double fantasmé dont on se demande à quel point il peut être autobiographique, même si certains passages sont clairement destinés à être de la comédie. La deuxième partie du livre reprend à l’inverse des essais écrits par le cinéaste, assumés sous son nom, dans lesquels il réfléchit à son rapport à la femme dans ses films et à sa créativité. Il va même jusqu’à s’auto-interviewer ! La dernière partie s’adresse plus particulièrement à la relève dans le monde du cinéma puisqu’elle s’intitule « Conseils pour devenir un cinéaste de renommée internationale » et s’adresse au lecteur avec un « tu » peut-être un peu paternaliste… il a su montrer ses galons acquis dans le monde entier alors pourquoi pas ?

Une fois la partie fiction terminée, surprenante car vraiment trash, j’ai eu bien du mal à rentrer dans les réflexions de l’auteur… d’une, parce que je ne m’y attendais pas, et de deux parce que ses nombreuses références au monde cinématographique et particulièrement à ses films que je ne maîtrise pas du tout m’ont un peu perdue. J’ai donc abandonné ce livre en cours de route – troisième fois seulement dans ma carrière de lectrice!! – mais je ne doute absolument pas de la qualité des pensées du maître auprès de ses fans !

Publicités