La Reine Elizabeth II d’Angleterre a toujours été une figure de référence à mes yeux : en tant que prof d’anglais, difficile de dire qu’on se sent un lien particulier avec elle sans s’attirer les sourires incrédules ou moqueurs, et pourtant, si elle a visité certains de mes rêves dans lesquels je pouvais lui parler et lui dire en anglais combien je la respecte, je crois que c’est surtout la grand-mère qu’elle est devenue qui me touche !

Cependant elle n’a bien sûr pas toujours été cette petite mamie aux tenues fluo avec un doux sourire, et ce film montre bien un visage plus sombre autour de la disparition de la princesse Diana en 1997. On savait les tensions entre Diana et la Couronne à son divorce d’avec Charles, puis son affichage médiatique les mois qui ont précédé sa mort aux côtés de Dodi Al-Fayed. Les jours qui ont suivi l’annonce terrible de la mort de Diana, la Reine a choisi de ne pas faire de déclaration et d’emmener ses petits-enfants loin de la ville et des médias afin, a-t-elle dit ensuite, qu’ils gèrent leur deuil à leur façon. Cependant le peuple a interprété ce choix comme une réelle indifférence à sa disparition, et la monarchie a souffert de la colère du peuple, affolant les sondages et annonçant près d’un Britannique sur quatre prêt à s’opposer à la monarchie !

Les intérêts du pays à cœur, le Premier Ministre anglais Tony Blair, élu quelques mois plus tôt, a tenté de réconcilier la reine et son peuple, mais difficile de dicter à une souveraine avec à l’époque plus de 50 ans d’ancienneté ce qu’elle devait faire…

Images de fiction et reprises de vraies vidéos utilisées dans les médias à l’époque sont mélangées pour créer une sorte de docu-fiction, mais à mes yeux, trop de gros plans sur le visage de la reine sont montrés et ne donnent pas pour autant plus de clés pour comprendre son personnage. De plus, son mari le Duc d’Édimbourg est plutôt caricaturé pour en faire un chasseur compulsif passant son temps à critiquer le reste du monde, alors que Tony Blair, lui, est présenté comme le Sauveur de la Monarchie… réalisme ou parti pris assumé ? Je n’ai pas fait de recherches sur le sujet pour y répondre, mais cette image d’une famille royale vieillissante et moins en phase avec son peuple m’a gênée… d’autant plus qu’elle a réussi à se relever et jouer des jeunes atouts que Diana a eu avec Charles, William et Harry. La famille royale a probablement encore de beaux jours devant elle avec les mariages et bébés successifs des héritiers, donnant à voir une union idyllique entre une Elizabeth arrière-grand-mère et les futurs monarques.

Publicités