Dans quelques jours je rencontre Léa Wiazemsky au festival littéraire « Les écrivains chez Gonzague ». Il faut que je découvre son écriture car je serai son assistante toute la journée (quoi lui dire qui paraisse intelligent??), et je trouve son dernier roman assez facilement. Le début est plutôt sombre : Barbara est quittée par son mec à la veille de ses 40 ans, alors qu’il lui avait promis un enfant… elle se retrouve donc sans amoureux et sans famille à l’heure où les premiers bilans tombent !

Sa copine Julie lui trouve un boulot à l’autre bout de la France pour qu’elle reparte à zéro, et Barbara quitte ainsi Paris pour aller diriger une maison de retraite à Antibes… sans grande conviction. En quoi côtoyer des petits vieux à longueur de journée lui permettrait-il d’aller mieux et d’envisager la vie sous un meilleur angle ? Finalement, elle se rend compte que ceux qui n’ont plus rien à attendre de la vie sont plein de surprise et se permettent plus de choses qu’elle, qui se croyait finie à 40 ans… Saura-t-elle aussi trouver l’amour, celui avec qui elle pourra envisager son avenir sereinement ?

L’écriture est assez simple et les chapitres courts (environ 3 pages), permettant une lecture soit très rapide (ce livre se dévore!), soit une lecture pointillée sur la plage en surveillant d’un œil les enfants ! Un bon moment à passer qui fait de ce livre un feel-good book, si on laisse de côté la souffrance de Barbara du début du livre. A découvrir !

Publicités